Crise scolaire: "La balle est dans le camp du gouvernement et je pense qu’il n’y a pas encore péril à la demeure" selon Abdou Faty Sg du Sels/A

Dans le cadre des assemblées générales régionales, les secrétaires généraux des syndicats les plus représentatifs (G6) se sont démultipliés pour partager avec leurs membres les dernières négociations avec le gouvernement. Ce, pour Abdou Faty, Secrétaire général du Syndicat des enseignants libres du Sénégal / authentique (Sels/A), porte-parole du G6 à Diourbel, «la balle est dans le camp du gouvernement…».

La dernière sortie du ministre de l’éducation nationale n’est pas du goût des membres des syndicats d’enseignement les plus représentatifs, le G6, comme en atteste les propos du Secrétaire général du Syndicat des enseignants libres du Sénégal / authentique (Sels/A), Abdou Faty qui était venu à Diourbel dans le cadre des assemblées générales régionales. «Le gouvernement vient de faire une sortie pour dire que c’est 5 000 francs qui nous sépare. Ce n’est pas exact. Vraiment nous inscrivons faux contre ses allégations. Ce n’est pas 5 000 francs qui pose problème, mais ce sont les lenteurs administratives, la véritable revendication des enseignants à savoir mettre un minimum 20 000 francs cette année 2018 et compléter le même montant en 2019 pour qu’en 2020 qu’on puisse discuter sur le système de rémunération», explique Abdou Faty. Pour lui, «la balle est dans le camp du gouvernement et je pense qu’il n’y a pas encore péril à la demeure».

Commentaires