Vague de marée à la Télévision du Saloum (TVS): Le Rédacteur en Chef et Présentateur vedette des JT Chérif Thiam démissionne

 

 

Après la démission de plusieurs techniciens et de journalistes, la Télévision du Saloum (TVS) décriée par les populations du Saloum par son manque de programme. Elle a reçu un autre coup. Le Rédacteur en Chef Chérif Thiam claque la porte.

 

Qu'est ce qui se passe à la Télévision du saloum (TVS), une question qui mérite tout son sens. Présente en moins de deux années dans le paysage audiovisuel du Sénégal et implantée au cœur de ville de Kaolack. Cette télévision traverse une période difficile, plusieurs producteurs extérieurs ont jugé intitule de continuer la collaboration, car ils ne s'y retrouvent plus. Après le départ d'au moins six techniciens et de deux journalistes la saigné continue. Le Rédacteur en Chef et Présentateur vedette des JT Chérif Thiam a claqué la porte ce vendredi 28 juillet 2016.

Joint au téléphone le présentateur des émissions de « Niaroo » et de « face à la presse » confirme sa démission. «Oui j'ai choisi de partir, car je ne me retrouve plus dans cette Télévision. C'est dans le tâtonnement que les dirigeants de cette boite veulent faire avancer l'entreprise. Je ne veux pas être comptable de cette gestion je suis parti. Sans état dame, je suggère à Monsieur le Président Serigne Mboup qui a énormément investi de l'argent dans cette Télévision de chercher des hommes du sérail rompu à la tâche pour faire avancer cette Télévision qui a été bien appréciée par les Saloum Saloum. Aujourd'hui, faites un petit sondage sur dix Kaolackois rencontrés les sept vous diront que vous n'avez pas de programme « lance l'ex rédacteur en chef au bout du fil. »

Le Président Serigne Mboup a de très bonnes ambitions, mais s'il compte sur ces personnes-là qui dirigent cette Télévision sans aucun outil de contrôle sur les sorties et les entrées, la preuve elle ne dispose pas de service commercial. Il y a que trois caméras qui doivent couvrir les sorties de la rédaction et la production. « Un des deux chauffeurs de la TVS rencontré vous dit nous sommes habitué en panne sèche de carburant ; au début on nous donnait 30 000 FRS pour toute la semaine aujourd'hui nous a sommes à 1000FRS, si le président ne réagit pas nous allons droit au mur.

Commentaires