« Main de la Justice » : Quelle est l’histoire de cette sculpture devant la Cour de Cassation ?

Beaucoup de Dakarois passent devant cette "main" et s’interrogent sur cette image symbolisant l’équité et la justice. Mais derrière le symbole, une belle idée de promouvoir le savoir-faire ; un savoir faire certes d’une société dénommée Sénégal Inox créée en 2003 par Pièrre EON, mais partagé pour être perpétué. Cette œuvre aura 10 ans ce dimanche 12 Août.

 

Mais quelle est son histoire, ou ses histoires ?

Non seulement tombé amoureux du pays de la Teranga, mais, surtout, soucieux de transmettre son savoir et son savoir faire à des jeunes de son pays d’adoption…et de cœur, Pierre EON a fait de cette œuvre, un symbole d’amitié.

Qui disait que le transfert des technologies et des savoir-faire était une utopie ?

En fait, la conception de cette sculpture revient à M. Kota Diongue, artiste renommé sur la place de Dakar, ancien de l’Ecole des beaux arts de Dakar. L’idée fut de suite fécondée par la rigueur d’un artisan rigoureux et exigeant, d’abord avec lui-même. C’est Antoine de Saint-Exupéry qui disait que « la grandeur d’un métier est avant tout d’unir les hommes ».

Cette belle et solide sculpture a uni deux talents et magnifié l’amitié dans les bonnes œuvres.

La société Sénégal Inox s’était imposé deux exigences : tout d’abord, rendre, en guise d’hommage, à Kota Diongue, ce qui lui revenait et se conformer à une représentation fidèles aux croquis et dessins de l’artiste sénégalais.

L’autre exigence qui s’apparentait à une un défi à l’époque peu évident à relever était que la « main de la justice » malgré les intempéries et l’érosion maritime qui sévissent sur cette corniche Ouest de Dakar allait tenir au mois …. 10 ans

Le pari est tenu au grand bonheur des passants devant cette sculpture qui interroge et interpelle et l’état de l’œuvre est intact. Du côté de la société Sénégal Inox, on prévoit même encore plus de longévité. Rendez-vous serait même encore donné pour vingtaine d’années voire plus, grâce à l’entretien annuel dont la sculpture fait l’objet.

Ce dimanche 12 aout, est l’heureuse occasion de valider la pérennité de l’œuvre en compagnie de Kota Diongue. Les deux amis se retrouvent alors, l’un aussi fier de l’autre et de leur œuvre commune !

Mais Sénégal Inox a par ailleurs réalisé beaucoup d’autres travaux dans bien d’autres domaines ou la solidité et la pérennité sont essentielles.  La « main de la justice » a participé à la bonne réputation de l’entreprise qui compte parmi ses réalisations rien qu’en 2009 quatre barges de manutention pour la réhabilitation du pont Faidherbe qui naviguent toujours à l’heure actuelle à Nouadhibou au nord de la Mauritanie.

 

Commentaires