Sénégal-Recensement général des entreprises agricoles: Connaître mieux les fondamentaux de l’économie nationale

 

Par Pape DIAKHATE (Actu24, LOUGA)

Louga marque certainement la dernière sortie d’Aboubacar Sédikh Béye comme Directeur général de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie. 72 heures avant sa nomination à la tête de la direction du Port Autonome de Dakar, il a clôturé à Louga un atelier national impliquant les membres du comité technique d’harmonisation pour la revue des concepts et outils techniques de la cartographie du recensement général des entreprises agricoles.

Selon le désormais ex Dg de l’Ansd, deux jours de concertation avec les services techniques régionaux de l’agriculture, l’horticulture, l’élevage, la pêche, les Eaux et forêt, ont permis de s’entendre sur les concepts et valider les questionnaires de la foresterie et de la pêche. A l’en croire encore, tous les secteurs se sont entendus sur le cadre fédérateur de la cartographie du recensement général des entreprises. Celle-ci va marquer la première étape avant toute opération de collecte. La cartographie va permettre de dresser un portrait exhaustif des exploitations agricoles en termes de localisation et d’identification sur toute l’étendue du territoire. Et il s’agira à terme de dénombrer l’ensemble des exploitations agricoles, d’élevage, de la pêche et des Eaux et forêt qui font de la production marchande. Et la base de données va permettre à tout un chacun de pouvoir disposer d’éléments de départ pour mener des enquêtes ou éclairer des décisions.

 «C’est un exercice extrêmement important pour le pays. Il va nous doter d’une meilleure connaissance  des bases des structures de l’agriculture au sens large. Pour la première fois, nous allons mener un exercice qui va nous permettre de géo-référencer toutes les exploitations agricoles du pays. Cela va nous permettre aussi de cartographier tout ce qui tourne autour des cours d’eau, des points de passage dans le cadre de l’élevage. Au finish, on procédera au dénombrement du cheptel. Cela concourt à une meilleure connaissance des fondamentaux de l’économie de notre pays», a fait comprendre Aboubacar Sédikh Béye. Cette opération intervient à la suite de la finalisation du volet non agricole du recensement général des entreprises.

Représentant le Premier ministre, président du Conseil national de la statistique, le Conseiller spécial Moubarack Lô rappelle que depuis 1998 aucun recensement n’a été fait concernant l’agriculture. Ce qui laisse encore place à une connaissance laconique et approximative de ce domaine. Le statisticien est d’avis que la base de sondage ne peut plus se fonder sur les résultats de ce recensement d’il y’a environ 20 ans. «Il est important de faire un recensement complet, champ par champ, ensuite d’entrer dans chaque champ ou dans un échantillon de champs et pouvoir faire une enquête approfondie pour pouvoir connaître l’état des outils.

Aujourd’hui, dans beaucoup de champs, on continue encore à utiliser des techniques très traditionnelles qui ne peuvent pas porter les objectifs de productivité que vous trouvez dans le Pse. Cette enquête va permettre au gouvernement d’avoir une connaissance objective de la situation», a estimé M Lô.

Commentaires