Utilisation des statistiques officielles: Les données statistiques servent d’appas aux capitaux étrangers

 

Par Abdoulaye NDIAYE

Les statistiques sociales restent celles qui intéressent beaucoup plus les usagers qui affirment à l’unanimité, en faire usage à plus de 95%, pour attirer les capitaux étrangers. L’Agence nationale des statistiques et de la démographie (Ansd) a partagé hier, les résultats de l’enquête de satisfaction des utilisateurs des produits du Système de statistique national de 2016.

L’offre de statistiques est nécessaire au mécanisme de formulation, de suivi et d’évaluation des stratégies et politiques de développement, notamment le Plan Sénégal émergent (Pse), les indicateurs des Objectifs de développement durable (Odd), entre autres. Ce qui donne une envergure des besoins en données statistiques disparates, surtout avec l’adhésion du Sénégal aux normes du Fonds monétaire international (Fmi) pour la diffusion des données. «L’objectif ultime, c’est de pouvoir prélever des financements sur le marché international des capitaux pour financer notre stratégie de développement. Ce n’est pas avec des ressources nationales que nous pouvons financer les ambitions affichées par le Pse. L’adhésion à cette norme facilite l’arrivée des investissements directs étrangers», relève Mame Siga Ndiaye Dia, coordonnatrice de la Cellule de programmation, d’harmonisation,  de coordination de statistique et de coopération internationale de l’Agence nationale des statistiques et de développement (Cpcci/Ansd). Les ministères, agences, autres administrations, banques et compagnies d’assurances, corps diplomatiques, organismes internationaux, partenaires techniques et financiers, société civile, associations et organisations non gouvernementales, chambres de commerce, associations professionnelles, syndicats, presse et autres médias sont identifiés comme les principaux utilisateurs des données statistiques. «Cette situation nous invite à la promotion des innovations qui traduisent certainement des progrès à tout point de vue», poursuit Mame Siga Ndiaye Dia. Ainsi, évaluer l’utilisation des statistiques officielles pour l’élaboration des politiques, mesurer la satisfaction des utilisateurs pour les besoins les plus urgents en statistiques officielles sont les principaux motifs retenus par l’Agence nationale des statistiques et de la démographie (Ansd), pour connaître le niveau de satisfaction des usagers. Il n’en demeure pas moins de la détermination du degré d'accès aux statistiques officielles et leurs métadonnées, du suivi de l'évolution de l'offre, de la qualité, de l'utilisation et des perceptions sur les statistiques officielles. Il en est de même du suivi de l’évolution des indicateurs du cadre de résultats sur le projet «Statistics for results facility» (Sfr), notamment le financement des partenaires techniques financiers. Le présent rapport présente la situation de l’année 2016.

                                           Plus de 95% d’usagers enregistrés

La collecte s’est déroulée sur une période de huit (8) semaines, avec notamment deux (2) supports de collecte (un questionnaire papier et un autre électronique). Et sur les deux cent quatre-vingt-treize (293) invitations envoyées, deux cent soixante-huit (268) ont renseigné le questionnaire, soit un taux de réponse de 91%. Parmi les répondants, on retrouve une forte présence de l’administration publique (53,7%), suivie des organismes internationaux et des sociétés privées (commerciales, entreprises). Les autres utilisateurs du Système de statistique national (Ssn) sont également différemment représentés. A l’analyse, il apparaît que 53,7% des répondants sont du secteur public au sein duquel, les directeurs sont la catégorie la plus représentée (37,7%) suivis des experts des ministères (29,0%). «Quel que soit le type de statistique, on enregistre un taux d’utilisation qui dépasse 95%», indique Mame Siga Ndiaye Dia.

                                            La ruée vers les statistiques sociales

Les statistiques sociales restent celles qui intéressent plus les usagers, les répondants affirmant, de manière unanime, avoir utilisé ces statistiques. Quel que soit le domaine considéré des statistiques officielles, le taux d’utilisation reste non négligeable. Il est moins intense (près de 40%) lorsqu’il s’agit des statistiques du commerce extérieur (39,3%), des statistiques sur la balance des paiements (41,4%), des statistiques sur la production industrielle 41,5% et des statistiques sur la fécondité (41,8%). En revanche, les catégories de statistiques les plus utilisées demeurent celles relatives à la population (74%), au produit intérieur brut, au revenu (69%), à l’emploi (65%) et les statistiques sur les finances publiques (64%). Sur ce, «l’utilisation de données de masse, les enquêtes en ligne, la dématérialisation des supports de collecte, le développement de plateforme de diffusion, sont des réponses proposées par les acteurs pour mieux faire face à l’agressivité de la demande de statistiques», souligne-t-elle.

                                            Les sources Ansd plus usitées

Les publications de l’Agence nationale des statistiques et de la démographie (Ansd) sont les  sources les plus utilisées, avec 58.2% pour obtenir des statistiques officielles. Elles sont suivies par celles de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao), avec 27%, de la Direction de la planification et de la réforme de l’éducation (Dpre) et de la Direction de l’analyse, de la prévision et des statistiques (Dapsa), avec 15.2%. Il est à noter que 18,8% des enquêtés consultent d’autres sources. Les données statistiques sont le plus souvent, utilisées à des fins d’élaboration de politique et programmes, avec 41%, du suivi évaluation, avec 38,1% et pour l’information économique générale, avec 37,3%. Les débats politiques, avec 3,7% et les relations d’affaires, avec 9,3%, se réfèrent moins aux données statistiques. Toutefois, «la fiabilité des données améliore et oriente leur satisfaction des besoins et attentes des décideurs et utilisateurs pour une prise de décisions éclairées», précise Mme Dia.

Commentaires