«Obamacare est un échec»

 

Des dizaines de manifestants en fauteuils roulants ont perturbé lundi une audition au Sénat américain consacrée à un projet républicain en mauvaise posture, visant à détricoter la loi sur la couverture maladie de Barack Obama.

"Tuez la réforme, pas nous!" ont scandé des dizaines de militants autour de la salle d'audition parlementaire et à l'intérieur, forçant un report du début de la séance, le temps que les nombreux policiers expulsent, parfois en les portant, les protestataires.

Depuis la salle, les cris des manifestants restés dehors étaient audibles, créant un fracas rarement vu pour une audition parlementaire.

La majorité républicaine du Sénat tente de sauver, une nouvelle fois, leur promesse d'abroger "Obamacare", la loi démocrate de 2010 emblématique de la présidence de Barack Obama. 

Les républicains ont déjà essuyé un échec en juillet, et n'ont ressuscité leur projet qu'à l'approche de la date-butoir du 30 septembre, fin de l'année budgétaire.

Mais une coalition de médecins, d'associations de malades, de compagnies d'assurance et d'élus démocrates s'oppose à cette nouvelle mouture, qui conduirait à une réduction importante du budget fédéral de la santé, frappant les plus pauvres, et supprimerait des acquis dont les patients disposent depuis l'adoption d'Obamacare.

"Obamacare est un échec", a défendu l'un des coauteurs du projet républicain, Bill Cassidy. "La réalité est que les classes moyennes ont vu leurs primes d'assurance exploser".

"Si on n'arrête pas l'hémorragie, le système va s'effondrer devant nos yeux", a lancé son compère, Lindsey Graham, qui a souligné que dans son Etat de Caroline du Sud, un seul assureur privé était resté sur le marché des assurance-maladies individuelles, contre cinq avant Obamacare. Ce marché vise les individus qui ne sont pas assurés par leur employeur; Obamacare a créé des subventions mais imposé de nouvelles réglementations coûteuses.

Les républicains sont engagés dans une course contre la montre pour voter avant la fin de la semaine.

Mais cette précipitation déplaît à plusieurs membres de la majorité. Deux républicains, sur 52, ont déjà annoncé leur opposition, et au moins deux autres penchent du côté non. La majorité ne peut se permettre que deux défections, les 48 démocrates et apparentés étant opposés en bloc.

"Personne n'est obligé d'acheter une guimbarde au prétexte que c'est la seule voiture disponible", a déclaré le démocrate Ron Wyden.

Invitée à témoigner, la sénatrice démocrate Mazie Hirono a rappelé qu'elle avait été traitée récemment pour un cancer du foie. Sans Obamacare, dit-elle, des malades dans son cas pouvaient se retrouver avec des factures de plusieurs centaines de milliers de dollars.

"La santé est un droit, pas un privilège réservé à ceux qui peuvent se l'offrir", a dit la sénatrice d'Hawaï.

Commentaires