Diourbel-Matar Sylla responsable Apr Ndindy: «Nous subissons beaucoup d’injustices de la mairie qui est gérée par un socialiste»

 

Par Lauris GOMIS (Actu24, DIOURBEL)

Matar Sylla, responsable Apr  dans la commune de Ndindy est revenue largement sur les causes et motivations de l’incendie qui a ravagé plusieurs concessions du village de Ndiek Penc et regrette que cet acte crapuleux perpétré par des jeunes est de nature à salir la politique.

L’incendie qui a ravagé plusieurs concessions du village de Ndiek Penc est d’origine politique, a affirmé Matar Sylla, responsable Apr à Ndindy. Après avoir manifesté sa solidarité avec les populations de Diek Penc, suite aux douloureux événements qui se sont passés, mercredi dernier dans cette zone, il a rappelé, il y’a eu un projet, d’adduction d’eau, il y’a trois ans, dans les villages environnants et Diek Penc ainsi que trois autres villages devaient ainsi bénéficier de ces adductions d’eau. La mairie, a-t-il dit, dans un premier temps, a décidé de faire une distribution de 11 bornes fontaines. Ainsi, ils ont décidé d’affecter 4 bornes fontaines au village de Ndoumbel, 5 bornes fontaines à Ngohé1 borne fontaine à un hameau composé d’une seule maison et une borne fontaine pour un village entier de Ndiek Penc. Les habitants de ce village, à cette époque, a-t-il raconté, ont jugé que le partage n’était pas équitable. Ainsi, a-t-il dit, ils n’ont pas accédé à la demande de la mairie qui consistait, a-t-il mentionné, à une participation de 10.000 FCFA par maison pour gérer l’aspect logistique pour creuser les tranchées qui devraient abriter ces canalisations. Par la suite, la commune a décidé, a-t-il poursuivi, comme le village de Ndiek Penc ne voulait pas participer aux creusages de ces tranchées, tout bonnement, d’affecter 5 bornes fontaines aux 5 maisons appartenant à des militants du parti socialiste du village. Tout le reste du village, a-t-il soutenu, n’avait pas l’accès à l’eau jusqu’à un passé très récent, a-t-il rappelé le responsable de l’Apr à Ndindy, où l’un de ses militants avait fait une demande à la sous préfecture pour pouvoir se brancher sur la conduite qui mène à Ndiek Penc, laquelle demande avait été acceptée verbalement par le sous préfet, a-t-il fait noter. Donc, il a eu à creuser sa tranchée, à  poser sa canalisation et à  installer un robinet chez lui, a-t-il indiqué. Les villages environnants, ne l’entendant pas de cette oreille, sont venus à Ndiek Penc saccager l’installation et bruler 2 concessions. «Je dis que c’est une politique d’un autre âge parce que quand on est élu maire d’une commune on ne doit pas faire la politique de cette manière. A mon avis, je pense que, il y’ a des domaines sociaux et économiques sur lesquels on ne doit pas jouer ». L’eau est une denrée pour tout le monde, a-t-il considéré. On ne peut pas et on ne doit pas, parce qu’on gère une commune, distribuer l’eau selon une appartenance politique ou ethnique, a-t-il regretté. C’est ce qui se passe dans la commune de Ndindy, a-t-il  affirmé. «Nous avons noté depuis l’installation de cette mairie des disfonctionnements extrêmement graves de cette nature et c’est la raison pour laquelle la coalition « Benno Bok Yakar » n’existe pas à Ndindy. L’Apr et le parti socialiste se regardent en chien de faïence parce que nous subissons beaucoup d’injustices de la part de la mairie qui est aujourd’hui gérée par le parti socialiste  et nous pensons que cela doit cesser ». C’est pour ces raisons que lors des dernières élections, a-t-il  fait noter, chacun est parti faire sa campagne de son coté. Pendant les élections locales, a-t-il  fait entendre, ils se sont opposés et même pendant la consultation référendaire de 2016, a-t-il souligné, chacun est parti de son coté alors que l’objectif, estime-t-il était le même et tout ceci, explique-t-il, est du au fait que la gestion du parti socialiste est unilatérale, elle n’est pas participative . « Nous avons des conseillers au niveau du conseil municipal mais leurs paroles ne sont pas considérées et ne comptent pas ». Cela dit, a-t-il  maintenu. «Cela dit, nous avons suivi la déclaration du maire de Ndindy  dans la presse qui se targue de son amitié avec le président de la république, Macky Sall, de son amitié avec la présidente du conseil économique social  et environnemental, Aminata Tall.

 Nous, nous n’avons pas le privilège d’être l’ami du président de la république mais nous avons le privilège d’avoir porté ce parti Apr dans la commune de Ndindy et bien au-delà  et par nos propres moyens». «Et c’est peut-être à cause de ce privilège, de cette  supposée amitié, a-t-il avisé, qu’il déclare,  depuis que ces événements ont eu lieu, que  toutes façon «Dou Moudje Fen » (sera sans suite).

                                                                                                                                    

Commentaires