Scission au sein du réseau des enseignants républicains: La Feer est née à Thiès

 

Yacine NDIAYE (Actu24, THIÈS)                

Plus d’une vingtaine de délégations d’enseignants en provenance des différentes régions du pays se sont retrouvées ce week-end dernier en conclave dans la cité du rail pour jeter les bases d’un cadre dit Fédération des enseignants et éducateurs pour la République (FEER).

Un cadre qui, si l’on en croit Mamadou Diène désormais ex coordonnateur communale  du réseau des enseignants républicains, se veut être une «réponse organique à la demande formulée de manière massive par nos collègues au plan professionnel mais aussi par des partenaires au plan social». Une demande qu’il était, selon le coordonnateur de la nouvelle structure, a FEER, «difficile de prendre en charge dans le cadre de notre ancienne organisation qui, en plus des effets érosif du temps, est demeurée statique tant dans sa composition que dans sa compréhension ». Surtout que, dit-il, les questions de l’école ainsi leurs traitements, sont loin d’être l’apanage des seuls Enseignants. «Nous sommes dans le système avec d’autres. L’école s’est vivement élargie aux enseignements socio-économiques déroulés par des formatrices et formateurs qui animent des séminaires et ateliers pour la transformation collective de notre économie. Tout un ensemble dont les préoccupations doivent être prises en charge mais qui, quelque part, sont laissées en rade».

Aussi, pour l’ex coordonnateur du réseau des enseignants républicains, «cette extension de l’école à la vie quotidienne sous-tend l’orientation fondatrice de la fédération des enseignants et éducateur pour la république, Feer». Et d’indiquer que même si la mise en place de ce dit organe se déroule dans un contexte politique d’éclatement prononcé traduisant une lutte fratricide des intérêts, elle cadre pertinemment ses objectifs, justifie amplement ses missions et définit nettement sa démarche.

La Fédération qui vent d’être lancée se fixe pour objectif d’ouvrir l’Ecole à tous les acteurs de l’éducation qu’ils soient enseignants, formateurs, maitres coraniques, femmes de développement ou facilitateurs en alphabétisation. En somme, selon Mamadou Diène, la Feer se veut un cadre de rupture de médiation, une force de proposition, d’alerte et d’interface entre les autorités et les acteurs de l’école.

 

 

Commentaires