Diourbel-Cession des camps de garde par le chef de l’État: Cheikhna Keïta invite les policiers à construire leurs maisons

 

Les policiers à la retraite veulent bénéficier de la pension militaire de retraite, au même titre que les gendarmes et les militaires, mais aussi de la revalorisation de leur nouveau statut. Le Président du mouvement des policiers à la retraite, le  Brigadier-chef des gardiens de la paix à la retraite, Cheikhna Keita, en tournée à Diourbel, invite ses collègues à démarrer la  construction de leurs maisons car, dit-il, le chef de l’Etat leur a déjà cédé les camps de garde. 

Le président  du Mouvement des policiers à la retraite du Sénégal, tous cors confondus, le Brigadier-chef des gardiens de la paix à la retraite, Cheikhna Keita,  demande l’application de la pension militaire à tous ses collègues policiers à la retraite, au même titre que les militaires, en application à la loi 66-07 du 18 janvier 1978 qui fixe les pension de retraite pour tous ceux qui ont appartenu au corps des gardiens de la paix. Les policiers à la retraite réclament la réintégration des 1274 éléments radiés de la Police dans leur corps d’origine en cotisant pour eux pour combler le gap des 7 ans durant lesquels ils n’ont pas pu cotiser parce que radiés donc étant inactifs. 

Toutefois le Brigadier-chef des gardiens de la paix soutient que 2 milliards ont été versés pour combler le gap pour leur permettre d’avoir une pension complète de chef des gardiens de la paix, mais aussi 600 millions pour les dédommager. Le président du Mouvement des policiers à la retraite, le Brigadier-chef des gardiens de la paix à la retraite demande à ses collègues de construire leurs maisons en ruine au niveau des camps de garde. «N’attendez pas le décret d’application, la seule parole du chef de l’Etat fait force de loi. Les camps de garde nous appartiennent», a-t-il martelé. 

Les policiers à la retraite plaident pour la revalorisation des indices et grades conformément au nouveau statut, notamment pour ceux qui ont pris la retraite avec l’ancien statut à 52 ans ou 55 ans, pour qu’ils puissent bénéficier des avantages liés à cette nouvelle loi, l’application de la loi 81-52 du 10 juillet 1981 en son article 29 qui dit ceci: «Tout corps qui change de statut, s’il y a des avantages, tous doivent en bénéficier». Ces retraités réclament ainsi la correction des incohérences et injustices notées dans le nouveau statut qui renvoie la hiérarchie supérieure en retraite à 60 ans et la hiérarchie subalterne à 55 ans. Le président  du Mouvement des policiers à la retraite déplore, par ailleurs, le comportement de certains jeunes policiers dans leurs lieux de travail. 

En outre, le président  du Mouvement des policiers se veut claire. Cheikhna Keita  affirme que son mouvement va soutenir le président Macky Sall en 2019. Cependant, il réclame des postes de responsabilités car, selon lui, les autres ne sont pas plus méritants qu’eux. Ces policiers n’ont pas manqué de rendre hommage au policier Abdoulaye Bamba Seck, celui qui a même dessiné les insignes et l’emblème de la Police, rappelé à Dieu.

Commentaires