Mamadou Ousseynou Sakho Sg du ministère de l'élevage et des ressources animales: «La coalition internationale veut éradiquer la peste des petits ruminants»

 

Par Ibrahima DIA

Dakar a abrité ce lundi 11 septembre 2017, un atelier de formation régionale sur le séro-monitoring des campagnes de vaccination contre la peste des petits ruminants (PPR) et la péripneumonie contagieuse bovine (PPCB). Cette rencontre qui va durer jusqu’au 15 septembre a vu la participation de spécialistes venus: du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Sénégal et du Tchad, sous la coordination du Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS) après celle de Nouakchott en 2013 et aussi celle de Ndiamena en Mai 2013. L'objectif est de rechercher les voies et moyens de renforcer la résilience des sociétés pastorales dans les différents pays.

«La coalition internationale veut éradiquer la peste des petits ruminants» a déclaré M. Mamadou Ouseynou Sakho le Secrétaire général du ministère de l’élevage qui représentait Madame Aminata Mbengue Ndiaye lors de la cérémonie d'ouverture d'une session de formation régionale sur le séro-monitoring des campagnes de vaccination contre la peste des petits ruminants (PPR) et la péripneumonie contagieuse bovine ( PPCB) dans le cadre du projet régional d'appui au pastoralisme au Sahel (PRAPS). Il poursuit en affirmant que la composante Santé animale de ce projet est financée à hauteur de 50, 48 millions de dollars américains soit 20, 35 % du montant total. Il soutient que sa mise en œuvre dans chaque pays du (PRAPS) est coordonnée par l’organisation mondiale de la santé animale (OIE) conformément à la convention qu'elle a signée avec le CILSS. Pour M. Sakho, l'objectif général de cette composante santé animale est d'appuyer les efforts nationaux et régionaux pour bâtir des services vétérinaires durables et efficaces à travers des interventions tangibles comme les campagnes de surveillance et de lutte contre les principales maladies transfrontalières qui constituent une menace réelle sur la productivité de l'économie pastorale et entraînent des répercussions négatives de grande ampleur sur les conditions de vie des communautés pastorales du Sahel. Pour terminer le Secrétaire général du ministère prône une vaccination généralisée dans la zone sahélienne car si le Sénégal vaccine et que le Mali ne fait pas autant et vice versa, ça ne servira à rien. 

Selon le professeur Omar Idriss Alfarokh de la coordination régionale de la composante Santé Animale, il s'est réjoui de la tenue de cette rencontre qui témoigne de l’intérêt que nos pays portent au développement des ressources animales et son impact dans les populations des zones silvo pastorales. 

Commentaires