Sénégal-Abus sexuels et viols des malades mentaux: Quand les saints d'esprit se jettent sur les malades mentaux

 

Par Ibrahima DIA

Les abus sexuels et viols sont d'une récurrence déconcertante dans ce pays. Les auteurs de cette pratique ne se font même pas prier pour se jeter sur les malades mentaux. Actu24.net a enquêté sur la lancinante équation. Incursion dans le microcosme de ces «relations sexuelles» qui frisent le bon sens.

Les malades mentaux sont victimes d'abus sexuels et de viols. Les exemples foisonnent. Un jour à Niarry Tally, 02 gaillards ont failli être lynchés par la foule. Ils ont été surpris en train de violer une malade mentale ,il était 2 heures du matin. L'un cherchant à la neutraliser et l'autre à faire sa sale besogne. Surpris par les passants, ils ont pris la poudre d'escampette. Les riverains des supermarchés, bars et restaurants en ville, soutiennent que certains individus jettent leur dévolu sur des malades mentales qui aiment fréquenter ces lieux publics. Ils leur offrent des sandwiches, hamburgers afin de les épater.

Interpellé sur la question, M. Ansoumana Dione, président de l'Association Sénégalaise pour le suivi et l'Assistance aux malades mentaux (ASSAMM) précise que la gent masculine n'est pas aussi épargnée. On lui a rapporté l'histoire d'une dame véhiculée qui vient chercher un homme déficient pour l'amener quelque part. Au retour, ce dernier raconte à ses amis en détail son aventure. Il laisse entendre que la viande qu'il a mangée la bas et toutes les choses qu'il a faites  avec cette femme.

M. Dione avoue aussi que certaines malades mentales cherchent à être abusées parce qu'étant attirées par le sexe comme d'autres folles jettent leur dévolu sur les poubelles, le Coran, le sport, etc. Elles parcourent la ville à demander des 100 frs, ce qui facilite la tache aux prédateurs. La solution est de les soumettre à une planification de  leur  fécondité pour éviter des grossesses aux conséquences dramatiques. Ces grossesses issues de ces «relations» produisent des accouchements qui commencent dans la rue et se terminent à l’hôpital et souvent la mère retourne dans son milieu naturel et le bébé est confié à des organisations caritatives qui peuvent l'amener à l'étranger bafouant les droits de l'une et de l'autre.

Parlant des régions, il a cité le cas  de Kolda où  l'on peut voir un homme enceinter une malade et baptiser l'enfant et le récupérer. Généralement ce sont des femmes très belles et leurs frères sont souvent amis de leur copain. C’est un très bel exemple de considération humaine à l'endroit de cette frange de la population qui est très  vulnérable.

Pour terminer, le Président de l'ASSAMM recommande aux autorités de créer les conditions pour enlever ces malades mentales de la la rue, source de vulnérabilité et d'abus. A ce propos, il n'a  pas manqué d'évoquer ce qu'il appelle la confiscation du siège de l'Assamm à Kaolack, ville située au centre du pays pour continuer son travail d'assistance à ces personnes vulnérables. L'objectif de ce site est destiné aux malades mentaux et ne devrait être transformé en un centre de formation avicole rebaptisé illégalement feu Imam Assane Cissé  jusqu'ici non fonctionnel. Les viols des malades mentaux se poursuivent avec leur lot de détresse. Le psychologue Malick Diagne décrypte les racines de ce cancer social.

Commentaires